Le bon samaritain

Le bon samaritain

J’aime bien quand le mec te donne plein de bons conseils au moment de la rupture, surtout sur ta manière d’être au lit. Il le fait en bon samaritain, voire en frère, alors qu’il n’a jamais été foutu de te le dire en face et que lui par contre a un sacré gros problème en terme d’éjaculation précoce. Mais bon, face à lui, ton problème relationnel, pas assez tactile, est autrement plus problématique.  ‘je ne savais jamais comment tu allais réagir’, c’est pour ça qu’il ne disait rien.

– s’il y a un conseil que je peux te donner c’est « apprends à plus parler » ! parle de tes peurs, de tes angoisses, sans peur d’être jugée. Ne parle pas seulement à ton cercle rapproché de copines, qui, j’en ai peur, ne voient qu’un aspect de toi et ne te donne pas toujours le meilleur conseil. Parle plus, notamment, à ton futur amoureux. Ne laisse pas tes sombres secrets t’envahir et tout détruire sans prévenir. Et lâche tes émotions, ne retiens pas ta passion.

J’adore ce genre de conseil. Vraiment j’adore le style du mec qui te connait mieux que toi-même, qui peut lire au-dedans de toi comme dans un livre ouvert.

Sauf que le mec se trompe car je n’ai aucun « sombres secrets ». Et quand bien même j’en aurais je n’irais pas les raconter à mon futur amant, pitié. Les psy sont là pour ça. Comme je n’aurais aucune envie que le mec en question me raconte ses problèmes existentiels. J’ai suffisamment de boulot pour gérer les miens.

Voilà en tout cas un pur échantillon de condescendance venant d’un mec égocentrique souffrant d’un complexe de supériorité. Le mec a tout compris. Il adore parler de lui et pense qu’il a toutes les réponses. Les conversations tournent autour de lui, ses opinions, ses goûts en musique, en cinéma, ce qui est bien et ce qui ne l’est pas devient la norme étalon. Rarement fait-il preuve de suffisamment de curiosité pour me poser des questions, rarement s’intéresse t-il à ce que je pense. Je lui ai quand même demandé une fois, pourquoi il ne me posait pas plus de questions, et il m’a répondu « je pensais que tu étais très discrète, très réservée ». Ben voyons, c’est pratique, et ça transpire la curiosité de l’autre tout ça.

Quoi qu’il en soit, une illustration de ce décalage est cette façon de regretter de ne pas lui avoir fait confiance, et non pas tout simplement de m’avoir déçu, de ne pas avoir été à la hauteur de mes attentes. L’un d’entre nous (ou peut-être les deux) était en état de «dissonance cognitive».

Il pensait que j’étais «trop anxieuse» à propos de certaines choses, et que «j’ai des secrets sombres», probablement que «j’ai des problèmes», et cela semble l’avoir aidé à surmonter la rupture. En fait, la vérité est que j’étais anxieuse de ne pas le blesser. Il m’a dit qu’il n’aimait pas mes jambes maigres, et moi je n’ai jamais osé lui dire que je ne supportais pas son gros bide, non pire que ça : ça me dégoutait.

Il me faisait penser à ma mère quand il m’embrassait, ne me demande pas pourquoi. Ma mère aime tellement ses enfants et ses petits enfants, on a l’impression qu’elle veut les manger quand elle les embrasse. Lui avait ce côté goulu. Il avait un rapport bizarre à la nourriture, et c’était un éjaculateur précoce. Est-ce lié ?

Mais finalement, dans le grand ordre des choses, tout est bien qui finit bien, puisque tenez-vous bien, il a réussi à sortir avec son propre docteur, oui oui son médecin, qui était présenté par hasard à une soirée d’amis communs. On peut dire que le mec a de la chance, et elle saura certainement mieux y faire que moi pour ses problèmes d’addiction et d’éjaculation précoce.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *